Des Musiques Créoles

12/07/2019 • 12PM - 1PM

with Michel Caillat

Si en avril 1941 les Britanniques parviennent à chasser les Italiens d’Érythrée et d’Éthiopie et rendent son royaume au Négus Hailé Sélassié, une victoire quai a un écho retentissant parmi les communautés noires d’Amérique, ils doivent évacuer la Grèce à la fin du mois, tandis que l’Allemagne, l’Italie, la Hongrie et la Bulgarie se partagent la Yougoslavie, envahie en quinze jours par les troupes de l’Axe.

Trois mois (février-avril 1941) de musiques noires et créoles particulièrement propices à la danse sont représentés dans cette compilation, qui s’ouvre avec Take The A Train par l’orchestre de Duke Ellington, un coup de chapeau à la ligne A du métro new-yorkais. Celui-ci est suivi par un slow particulièrement prenant, Blue Serge. On écoute ensuite le génial guitariste Charlie Christian dans Solo Flight avec le grand orchestre de Benny Goodman. Le trompettiste Jonah Jones et le batteur Cozy Cole sont entendus à leur avantage dans Jonah Joins The Cab, de Cab Calloway, à la fantastique progression de la tension. La guerre-éclair est évoquée sur un ton à la fois humoristique et discrètement érotique par Una Mae Carlisle, avec la collaboration du saxophoniste Lester Young. Charlie Christian livre à nouveau un solo impeccable dans Good Enough To Keep, tandis que Billie Holiday propose sa vision de deux standards, Georgia On My Mind et All Of Me.
À Cuba, l’orchestre de Mariano Mercerón, composé de musiciens d’ascendance africaine, grave ses premiers disques pour le label Victor. Puis le bluesman Robert Petway enregistre la première version du fameux Catfish Blues. On retrouve ensuite le fabuleux conjunto d’Arsenio Rodríguez dans une puissante guaracha et une conga brûlante. Le rhythm’n’blues est représenté par Saxa-Woogie, un instrumental de Louis Jordan et Shotgun Blues de l’harmoniciste Sonny Boy Williamson.
On se déplace à Buenos Aires, où les Lecuona Cuban Boys sont en tournée pour écouter José Dolores, une conga d’Electo Rosell. Retour à New York pour découvrir une nouvelle version d’Ugly Woman, un calypso de Hubert Raphael Charles, alias The Lion. Lil Green chante Why Don’t You Do Right, une reprise de Weed Smoker’s Dream de Joe Mc Coy de 1937. L’émission se termine avec deux superbes morceaux de Jay McShann, Swingmatism, qui permet d’entendre le jeune saxophoniste alto Charlie Parker, et Hold ‘Em Hootie, un blues dans lequel le pianiste dialogue avec son batteur Gus Johnson.

DUKE ELLINGTON AND HIS FAMOUS ORCHESTRA – Take The “A” Train
DUKE ELLINGTON AND HIS FAMOUS ORCHESTRA – Blue Serge
BENNY GOODMAN AND HIS ORCHESTRA – Solo Flight
CAB CALLOWAY AND HIS ORCHESTRA – Jonah Joins The Cab
UNA MAE CARLISLE WITH ORCHESTRA – Blitzkrieg Baby (You Can’t Bomb Me)
BENNY GOODMAN SEPTET – Good Enough To Keep
BILLIE HOLIDAY – Georgia On My Mind
BILLIE HOLIDAY – All Of Me
MARIANO MERCERÓN Y SUS MUCHACHOS PIMIENTA – Si Se Pintan No Las Quiero
MARIANO MERCERÓN Y SUS MUCHACHOS PIMIENTA – No Quiero Swing
ROBERT PETWAY – Catfish Blues
ARSENIO RODRÍGUEZ Y SU CONJUNTO – No Hace Na’ La Mujer
ARSENIO RODRÍGUEZ Y SU CONJUNTO – Todos Seguimos La Conga
LOUIS JORDAN AND HIS TYMPANY FIVE – Saxa-Woogie
SONNY BOY WILLIAMSON – Shotgun Blues
LECUONA CUBAN BOYS – José Dolores
THE LION WITH GERALD CLARK AND HIS CARIBBEAN SERENADERS – Ugly Woman
LIL GREEN – Why Don’t You Do Right
JAY McSHANN AND HIS ORCHESTRA – Swingmatism
JAY McSHANN TRIO – Hold ‘Em, Hootie

Des Musiques Créoles

NOW LIVE Loading...