Des Musiques Créoles

28/06/2019 • 12PM - 1PM

with Michel Caillat

La période est en effet favorable pour l’économie américaine, grâce à la guerre qui stimule les exportations et protège le marché intérieur. En automne 1940, Hitler renonce à l’invasion de la Grande-Bretagne, n’ayant pas réussi à dominer l’espace aérien, et décide d’attaquer l’Union soviétique au printemps 1941.

Cinq mois (septembre 1940 à janvier 1941) de production discographique de la part de musiciens presque tous afro-américains et afro-cubains sont couverts dans cette sélection. Dans le premier titre, de style néo-orléanais, le pianiste Earl Hines déstabilise ses compagnons par des audaces particulièrement savoureuses. Suivent quelques enregistrements remarquables réalisés à Cuba par des musiciens locaux, sauf le premier, œuvre du Cuarteto Caney, basé lui à New York. Le premier disque du conjunto d’Arsenio Rodríguez est un jalon important dans l‘évolution de la musique de l’île. Entièrement composé de personnes d’ascendance africaine, cet ensemble se distingue par son dynamisme extrême et la puissance inventive de ses solistes, le pianiste Lino Frías et le tresero Arsenio Rodríguez en particulier. Dans une France désormais soumise à l’occupant nazi, le guitariste manouche Django Reinhardt grave deux de ses plus belles créations, Blues et Nuages, tandis que dans une Amérique encore épargnée par la guerre, Duke Ellington et son orchestre alignent les chefs d’œuvre : Across The Track Blues, Chloe, That’s The Blues Old Man. La musique cubaine n’est d’ailleurs pas sans influencer le jazz de l’époque, comme en témoignent Harlem Rhumbain’ The Blues, de Joe Brown, et Cuban Boogie Woogie d’Andy Kirk, morceau dans lequel brille la pianiste Mary Lou Williams. On entendra également avec plaisir la dernière contribution, avant 1944, du saxophoniste Lester Young au sein de l’orchestre de Count Basie. Enfin, on saluera les novateurs que sont respectivement le saxophoniste alto Charlie Parker, qui s’exprime alors au sein de la formation du pianiste Jay McShann, et du guitariste Charlie Christian, vedette incontestée du sextette du clarinettiste Benny Goodman.

SIDNEY BECHET AND HIS NEW ORLEANS FEETWARMERS – Ain’t Misbehavin’-2
CUARTETO CANEY – Plante Na ‘Ma
SEPTETO NACIONAL – Como Voy A Sufrir
ARSENIO RODRÍGUEZ Y SU CONJUNTO – Pirulero No Vuelve Más
ARSENIO RODRÍGUEZ Y SU CONJUNTO – Yo ‘Ta Namorá
SAM PRICE AND HIS TEXAS BLUSICIANS – Dirty Dozen
DJANGO REINHARDT ET LE QUINTETTE DU HOT CLUB DE FRANCE – Blues
DUKE ELLINGTON AND HIS FAMOUS ORCHESTRA – Across The Track Blues
DUKE ELLINGTON AND HIS FAMOUS ORCHESTRA – Chloe
JOHNNY HODGES AND HIS ORCHESTRA – That’s The Blues Old Man
FATS WALLER AND HIS RHYTHM – Everybody Loves My Baby
ORAN “HOT LIPS” PAGE AND HIS BAND – Lafayette
COUNT BASIE AND HIS ORCHESTRA – Broadway
JAY McSHANN OCTET – Honeysuckle Rose
EARL HINES AND HIS ORCHESTRA – Jelly, Jelly
JOE BROWN – Harlem Rhumbain’ The Blues
DJANGO REINHARDT ET LE QUINTETTE DU HOT CLUB DE FRANCE – Nuages
LIONEL HAMPTON AND HIS SEXTETTE – Fiddle Dee Dee
ANDY KIRK AND HIS CLOUDS OF JOY – Cuban Boogie Woogie
BENNY GOODMAN SEPTET – I’ve Found A New Baby
CHAMPION JACK DUPREE – Junker Blues

Des Musiques Créoles

NOW LIVE Loading...