Des Musiques Créoles

11/01/2019 • 12PM - 1PM

with Michel Caillat

Trois semaines de musique noire enregistrée en février 1938 pour cette émission, dont une petite moitié de jazz et du calypso pour le reste. Cela peut paraître mince comme programme. En réalité, il n’en est rien puisque le début nous permet d’entendre un Sidney Bechet flamboyant dans quatre titres ; tout d’abord son évocation vocale du fumeur de marijuana (Viper Mad) puis l’ode qu’il dédie à son instrument, la clarinette (Blackstick), et peut-être aussi au sexe masculin. Viennent ensuite trois morceaux de l’orchestre de Count Basie, notamment I Sent For You Yesterday, un blues dans lequel chante Jimmy Rushing et qui cartonne sur la piste de danse grâce au tempo élastique qui l’anime et une progression parfaitement maîtrisée de la tension. Duke Ellington et sa chanteuse Ivie Anderson essaient de leur côté de lancer une nouvelle danse, le Skrontch, avec le soutien efficace du saxophoniste Johnny Hodges, tandis que le guitariste et chanteur Slim Gaillard manie avec bonheur l’humour déjanté dans Flat Foot Floogie, un tube à l’époque.

C’est en février 1938 que la compagnie Decca envoie pour la première fois ses techniciens capter sur l’île même de Trinidad le son des meilleurs calypsoniens du moment, à l’occasion du carnaval dans la capitale, Port of Spain, au cours de séances marathons, dans lesquelles ces chanteurs, The Lion, Lord Executor ou The Caresser, commentent l’actualité, brillamment soutenus par les orchestres locaux de John Buddy Williams et des Codallo’s Top Hatters, ou par celui des Harmony Kings, d’excellents musiciens venus de l’île de Grenade. Ceux-ci préfigurent le ska dans Don’t Touch Me et livrent une version convaincante de l’étonnant Jack Broth, très populaire sur un dancefloor encore de nos jours. The Lion dresse le portrait du boxeur afro-américain Joe Louis, dont il loue la persévérance, celui-ci ayant déclaré au soir de sa victoire contre James Braddock, le 22 juin 1937, qu’il se considérerait comme champion du monde seulement après avoir pris sa revanche sur l’Allemand Max Schmelling, qui l’avait battu une première fois le 6 juin 1936. Mais sa défaite lors du match revanche contre Louis le 22 juin 1938, son refus constant d’adhérer au parti nazi et de se séparer de son coach juif et américain lui vaudra l’hostilité du régime.

NOBLE SISSLE’S SWINGSTERS – Viper Mad
NOBLE SISSLE’S SWINGSTERS – Blackstick
NOBLE SISSLE’S SWINGSTERS – When The Sun Sets Down South
NOBLE SISSLE’S SWINGSTERS – Sweet Patootie
COUNT BASIE AND HIS ORCHESTRA – Sent For You Yesterday
COUNT BASIE AND HIS ORCHESTRA – Every Tub
COUNT BASIE AND HIS ORCHESTRA – Swinging The Blues
SLIM AND SLAM – The Flat Foot Floogie
FELIX AND HIS CRAZY KATS – Bei Mir Bist Du Schoen
CODALLO’S TOP HATTERS ORCHESTRA – The History Of Man
DUKE ELLINGTON AND HIS FAMOUS ORCHESTRA – Skrontch
HARMONY KINGS’ ORCHESTRA – Don’t Touch Me
HARMONY KINGS’ ORCHESTRA – Jacks’ Broth
THE CARESSER W/ CODALLO’S TOP HATTERS ORCHESTRA – Madam Khan
THE CARESSER W/ CODALLO’S TOP HATTERS ORCHESTRA – The More They Do To Do Me Bad
THE LION WITH HARMONY KINGS’ ORCHESTRA – Excursion To Grenada
THE LION WITH HARMONY KINGS’ ORCHESTRA – Ba Boo La La
THE CARESSER WITH JOHN “BUDDY” WILLIAMS AND HIS BLUE RHYTHM ORCHESTRA – Joe Louis
THE LION WITH HARMONY KINGS’ ORCHESTRA – Emmalene
LORD EXECUTOR WITH JOHN “BUDDY” WILLIAMS AND HIS BLUE RHYTHM ORCHESTRA – Seven Skeletons Found In The Yard
THE CARESSER WITH JOHN “BUDDY” WILLIAMS AND HIS BLUE RHYTHM ORCHESTRA – Clear The Way When The Bamboo Play

Des Musiques Créoles

NOW LIVE Loading...