ARCHIVES early-jazz

 

Artists

Show
Date

Genre

Comme depuis plusieurs mois maintenant, les héros discographiques de ce deuxième semestre de 1938 restent les orchestres de Count Basie et de Duke Ellington, ainsi que les groupes formés par des musiciens de ce dernier. Jumpin’ At The Woodside et Panassie Stomp, dédié au critique français Hugues Panassié, comptent parmi les sommets discographiques de Count Basie, tandis qu’Old King Dooji de Duke Ellington est bien propre à enflammer le dancefloor. Peu de musique caribéenne cette fois-ci, si on excepte une version du calypso jamaïcain Sly Mongoose et deux morceaux gravés par l’Orchestre du Casino de la Plage de la Havane, avec une notable apparition du fabuleux tresero cubain Arsenio Rodríguez dans Se Va El Caramelero. On dansera également sur le solide Roll ‘Em Pete, qui fait dialoguer le chanteur de blues Joe Turner avec le pianiste Pete Johnson.

Réunis en juillet 1938 à Évian, les représentants des États démocratiques refusent de faciliter l’émigration des juifs allemands et autrichiens, tandis que la révolte arabe en Palestine atteint son pic durant l’été et que les attentats anti-arabes dus à l’organisation sioniste Irgoun font plus d’une centaine de morts. Hitler quant à lui multiplie les provocations à l’égard de la Tchécoslovaquie, exigeant l’annexion à l’Allemagne des territoires peuplés en majorité par des germanophones. Le 30 septembre la France et l’Angleterre s’inclinent à Munich devant le Troisième Reich. La Tchécoslovaquie perd le quart de sa superficie. En Allemagne, la persécution des juifs s’intensifie, atteignant un pic tragique durant la « Nuit de Cristal » (9 novembre). Les juifs sont éliminés de la vie économique du Reich par le décret du 12 novembre.
En Espagne, les républicains perdent la bataille de l’Èbre durant l’automne. Les nationalistes lancent l’offensive finale sur ls Catalogne le 23 décembre

See more about this show


Un seul témoignage de musique africaine, mais Okafu Nyi du Kamkam Band ne laissera personne indifférent. Il y a beaucoup de morceaux de l’orchestre de Count Basie dans cette émission, ce qui ne surprendra pas, car celui-ci possède la meilleure section rythmique de l’époque. On l’entend notamment en live, capturé par la radio en direct d’un club le 3 novembre 1937. Son grand rival, l’ensemble de Duke Ellington ne figure que pour deux morceaux, mais tant Jubilesta que Harmony In Harlem sont des chefs d’œuvre. On entend également plusieurs chansons interprétées par Billie Holiday, dont le fameux My Man, en fait Mon Homme, popularisée en France en 1920 par Mistinguett dans l’opérette Paris qui jazz. On appréciera le duo que Billie entretient avec Lester Young dans Travelin’ All Alone. Enfin, l’auditeur ne manquera pas d’être agréablement surpris par l’aspect moderniste de Frisco Fog, dans la version qu’en donne le big band de Jimmie Lunceford.

Tandis que la guerre fait rage en Chine, où les Japonais se heurtent à une forte résistance de la part tant des nationalistes que des communistes, unis pour la circonstance, et que les troupes du général Franco occupent les Asturies durant la fin de l’été et l’automne 1937, Mussolini rend visite à Hitler à Berlin le 25 septembre. Il donne à celui-ci son feu vert pour l’annexion de l’Autriche, un pas décisif dans le rapprochement des deux dictatures.
Aux États-Unis, après un lobbying intense de près de dix années le Bureau fédéral des narcotiques réussit à faire adopter le 2 août le Marihuana Tax Act, qui taxe lourdement tous les acteurs de la filière du chanvre sans toutefois en interdire l’usage expressément et entraîne une diminution importance de la consommation, au vu des risques encourus. Par ailleurs, en août , un nouveau ralentissement de l’activité économique oblige l’administration Roosevelt à couper sévèrement dans le programme des grands travaux publics.

See more about this show


La marijuana est encore à l’honneur dans cette émission avec l’évocation du dealer d’herbe (Here Comes The Man With The Jive, de Stuff Smith) et de la richesse que celui-ci peut amasser (Weed Smoker’s Dream, des Harlem Hamfats). Quelques chefs d’œuvre sont par ailleurs à relever : Old Joe’s Hittin’ The Jug par le violoniste et chanteur Stuff Smith, ave Jonah Jones à la trompette et le batteur Cozy Cole ; In A Jam par l’orchestre de Duke Ellington ; la version donnée par l’orchestre de Jimmie Lunceford d’Organ Grinder’s Swing ; ou, encore, Sweet Chorus, une incroyable méditation manouche livrée par Django Reinhardt. On écoutera également avec plaisir le Trio Cubain dans Negro Bembón ainsi qu’Antonio Machín dans La Conga, deux morceaux enregistrés à Paris.

La situation internationale se tend davantage durant l’été 1936. En effet, le 17 juillet, des généraux se soulèvent contre le gouvernement de Front populaire en Espagne. Si le putsch échoue, il ouvre, dès le 18, un conflit armé qui va ensanglanter le pays pendant près de trois ans. Tandis que le gouvernement de Front populaire installé à Paris doit se résoudre à ne pas intervenir dans la guerre, les avions allemands et italiens assurent le transfert des troupes rebelles du Maroc sur le sol espagnol les 27 et 28 juillet, ce qui leur permet de prendre l’Extrémadure et d’établir la liaison avec celles installées dans le nord. En octobre, les premières Brigades internationales, formées à l’instigation de la 3e Internationale débarquent en Espagne pour venir en aide aux armées républicaines, dont la situation militaire s’affaiblit dangereusement.
Tandis que s’ouvrent le 1er août à Berlin les Jeux olympiques, du 19 au 24 août se déroule le premier des procès dits de Moscou, celui du « Centre terroriste trotzkyste-zinovieviste », qui aboutit à l’exécution de Kamenev et de Zinoviev le lendemain. En septembre débutent les grandes purges en Union soviétique.
Entre le 21 et le 24 octobre ont lieu d’importants entretiens entre les représentants du gouvernement de Mussolini avec les dirigeants de l’Allemagne nazie, qui autoriseront le leader fasciste à annoncer, le 1er novembre, la constitution d’un axe entre Rome et Berlin

See more about this show


Michel Caillat continue sa série d’émissions consacrées au croisement des cultures afro-américaine et latine à travers la formation de mouvement musicaux créoles.

See more about this show


Michel Caillat’s weekly review of afro-american and caribbean dance musics, here through recordings from April and June 1931.

FIVE RHYTHM KINGS – Minnie The Moocher
DON AZPIAZU AND HIS HAVANA CASINO ORCHESTRA – The Voodoo [Caserita]
HUNTER’S SERENADERS – Sensational Mood
BLUE RHYTHM BOYS – Blue Rhythm
LOUIS ARMSTRONG AND HIS ORCHESTRA – You Rascal You
LOUIS ARMSTRONG AND HIS ORCHESTRA – Them There Eyes
CONNIE’S INN ORCHESTRA [FLETCHER HENDERSON] – Sugar Foot Stomp
CAB CALLOWAY AND HIS ORCHESTRA – The Levee Low Down
EUBIE BLAKE AND HIS ORCHESTRA – Thumpin’ And Bumpin’
BO CARTER – Twist It, Baby
DON AZPIAZU AND HIS HAVANA CASINO ORCHESTRA – Wanna Lot O’ Love [La Ruñidera]
DUKE ELLINGTON AND HIS COTTON CLUB ORCHESTRA – Limehouse Blues
FRANKIE TRUMBAUER AND HIS ORCHESTRA – Crazy Quilt
MILLS BLUE RHYTHM BAND – Heebie Jeebies

See more about this show


NOW LIVE Loading...